Pause de Hookah, par Ali Riza

Gouache à rehauts d’or remontée sur grande page d’album cartonnée à encadrement doré à combats d’animaux et rochers. Sur une véranda avec vue sur jardin, un noble musulman, assis sur des tapis, fume le hookah, assisté par un serviteur à la peau foncée. Signée « Ali Riza » en bas à droite. Au verso, quatrain persan en nasta’liq en réserve sur fond d’or orné d’enroulements fleuris, signé « Muhammad Hasan Kashmiri  ». Marges ornées de tiges de fleurs diverses sur fond écru.
Deccan, peinture vers 1650, et, marges fin XVIIIe - début XIXe siècle.
Dim. page : 40 x 26 cm ; dim. peinture : 22 x 18,3 cm.
Publications :
- J. Soustiel et M.C. David, Miniatures de l’Inde - 2-, Exposition Galerie J. Soustiel, Paris, octobre-novembre 1974, n°30.
- M. Zebrowski, Deccani Painting, Londres, 1983, p.219.

Malgré la conquête, en 1686, d’une partie du Deccan par l’empereur Aurengzeb, réputé pour sa stricte orthodoxie musulmane, les ateliers de peinture continuent. D’après Mark Zebrowski, les artistes suivent leurs patrons musulmans ou officiers hindous installés dans leurs nouvelles fonctions. Ils les représentent à la manière moghole, avec plus de naturalisme ou de poésie et une palette particulière : nobles assis sous un dais fumant le hookah, ou, à cheval glorifiant leurs conquêtes ou leurs activités de cour. Au retour dans le Mewar, Kishangarh, Jodhpur ou Bîkaner, devenus états indépendants, les artistes accompagnent les gouverneurs Rajputs ; leur production artistique marqua alors un nouveau style d’illustrations.
Le peintre Ali Riza serait un artiste moghol ayant travaillé également dans l’état de Bikaner, comme en témoigne une autre signature similaire (cf. K. Khandalavala, M. Chandra et P. Chandra, Miniature Painting, Khajanchi Catalogue, Delhi, 1960, pl. couleur E.) « mais avec un style bien différent » selon Mark Zebrowski, qui associe cette miniature à un groupe de trois autres attribuées à Ali Riza, mixant des traits moghols et du Deccan : Noble adorant un thirthankar, collection privée, et deux portraits de Qutb Shahi Sultan de Golconde, conservés au Salar Jang Museum d’Hyderabad et au Prince of Wales Museum de Bombay (opus cit, pp. 218-220). Toutefois, on ignore si cet artiste était d’origine moghole travaillant dans le Deccan, ou originaire du Deccan et travaillant dans le Nord de l’Inde !
Pour une autre représentation de courtisans très similaire, voir N.C. Mehta, Studies in Indian Painting, Bombay, 1926, pl. 45.
Vente Pescheteau-Badin 12 déc 2007
Adjugé 220.000 €

Partager